RÉUSSIR ENSEMBLE,
de la maternelle au supérieur
RÉUSSIR ENSEMBLE,
de la maternelle au supérieur
RÉUSSIR ENSEMBLE,
de la maternelle au supérieur
RÉUSSIR ENSEMBLE,
de la maternelle au supérieur
RÉUSSIR ENSEMBLE,
de la maternelle au supérieur
RÉUSSIR ENSEMBLE,
de la maternelle au supérieur

Historique

Le nom "LA FAVORITE"


Pas de preuve, juste de poétiques suppositions

Aucune preuve de l'origine réelle de ce nom n'a été trouvée et vérifiée.

Est-ce en raison de l'esthétique de la bâtisse ? Est-ce Henri IV qui l'aurait offerte à sa favorite Gabrielle d'Estrées à la fin du XVIème siècle ? Est-ce pendant le séjour de la favorite Madame de Pompadour dans les lieux au XVIIIème siècle ? Est-ce encore en mémoire de Louis XIV lorsqu'il se rendait en visite "de campagne" à Lyon ?

Un travail minutieux de reconstitution a été entrepris par l'association des anciens élèves de l'établissement qui a permis de déterminer les grandes étapes de l'évolution de notre centre scolaire. Nous tenons ce recueil à votre disposition.

Ci-dessous
quelques extraits des événements qui ont fait date.

 

1723-1783

La famille LACROIX-LAVAL faisait partie de la bourgeoisie marchande lyonnaise. Léonard LA CROIX, alors prête, Docteur de Sorbonne, Chapelain prédicateur du Roi Louis XIV, fait l’acquisition de la propriété en 1723. En tant qu’obéancier, il était chargé du discours adressé au Roi et à la Cour, au nom des autorités de la Ville. A sa mort, il lègue sa propriété à son neveu Antoine Lacroix-Laval dont la renommée sera encore plus grande.

1756, Antoine Lacroix Laval fonde alors l’Ecole de Dessin de Lyon et affirme son influence pour la vie intellectuelle et artistique. Il devient membre de l’Académie des Sciences et des Belles Lettres de Lyon. Son amitié avec Soufflot notamment lui permet de faire émerger cet architecte de talent à qui on doit le Musée des Arts Décoratifs sur les remparts d’Ainay, la Loge du Change, la façade de l’Hôtel-Dieu et le Grand Théâtre.

1777, il agrandit LA FAVORITE en rachetant des terres à la famille DODIEU. Rappelons que Thomas et Guillaume DODIEU furent parmi les fondateurs de la Commune de Lyon.

1783-1833

1783 marque l’année de l’acquisition de la propriété par Simon VIAL qui en fait sa maison de campagne et dans laquelle sont organisées de grandes fêtes de famille.

1809 c’est Jean-Baptiste GOURD qui rachète la propriété.

1833-1855

Après les incertitudes ayant suivi la Révolution française, beaucoup de jeunes lyonnais cherchent un nouvel idéal et veulent être guidés spirituellement. Le petit pensionnat de Fourvière les accueille et victime de son succès doit rapidement s’agrandir. La Favorite devient dès lors le lieu de ce pensionnat ; en parallèle, d’autres écoles voient le jour comme les Minimes, les Dominicains, les Chartreux…

1855 : LA FAVORITE est vendue à l’agent de change Romain DEMOUSTIER. Si quelques pères maristes continuent d’y enseigner, d’autre préfèrent l’enseignement en Océanie.

1855-1937

La famille DEMOUSTIER est chrétienne et très attachée à l’enseignement catholique. Ce rachat aux pères maristes entraîne une série de restaurations et d’aménagement :

  • transformation du Sanctuaire en bibliothèque et en grand salon de réception
  • construction de l’Orangerie et la Petite Chapelle
  • la Petite Rotonde est réservée aux parents de la famille, c’est le “pigeonnier”
  • construction du célèbre grand portail de l’entrée principale
  • plantation d’un arbre à l’arrivée de chaque nouvel enfant dans la famille
  • restauration de la conciergerie par les enfants en 1901
  • transmission de la propriété à une cousine Mademoiselle Marie-Thérèse BRUNET-LECOMTE
DE 1937 À NOS JOURS

1937 : les premières pensionnaires arrivent à LA FAVORITE sous la bienveillance de Mademoiselle BRUNET-LECOMTE qui œuvre à l’éducation et l’instruction chrétienne des jeunes.

  • L’Orangerie devient le réfectoire
  • Le 1er étage est réservé aux salles de cours, une pièce est affectée à la Sacristie, une à la Supérieure et une autre à la Directrice des Etudes
  • Une pièce du “pigeonnier” s’organise en Laboratoire de Sciences
  • La petite rotonde abrite piano et harmonium

L’enseignement strict y est notamment dispensé par :
– Mademoiselle Jeanne RIVOIRE (1ère licenciée en Sciences Physiques et Mathématiques à la Catho de Lyon).
– Mademoiselle LANCOUX, ayant formé plusieurs générations d’institutrices et de professeurs

Avec la guerre de 1939, les cours se poursuivent, la Résistance s’organise et le nombre d’élèves augmente jusqu’à parvenir à 1800. Quand les élèves ne sont pas en classe, elles peuvent prendre l’air dans le grand parc et côtoient des animaux de basse-cour et surtout des vaches. L’école s’ouvre à tous les gens du quartier ; des processions sont organisées mais aussi des jeux et des pique-nique. Des travaux d’agrandissement sont entrepris dans les années 50 alors que le nombre de religieuses s’amenuise. Un nouveau bâtiment est érigé comprenant une salle d’EPS, un gymnase, des laboratoires et d’autres salles de classe, ainsi que la cantine. En revanche statue de la Vierge, potager et grandes serres disparaissent…

1989 est fêté le 50ème anniversaire du centre scolaire. L’occasion de rappeler les valeurs qui ont conduit son évolution : l’esprit de famille, l’enrichissement intellectuel et spirituel, l’épanouissement personnel et l’optimisme.




  • ASSOCIATION GESTIONNAIRE
  • ASSOCIATION DES PARENTS D'ÉLÈVES
  • PSYCHOLOGUE DE L'ÉDUCATION
  • RESTAURATION SCOLAIRE
  • CULTURE-LOISIRS
  • ASSOCIATION TEGUCIGALPA